logo_diocese_alsace

Accès au site du dioscese d'Alsace

Communauté de Paroisses des Rives

logo-3-color

 du Nouveau Bassin Mulhouse

logo_zone

Accès au site de la Zone pastorale de Mulhouse

 sous le patronage de Saint Jacques le Mineur

Histoire des 3 églises  de notre communauté

St Jean BOSCO -Aperçu historique de la paroisse

La Ville de Mulhouse a construit dans le quartier du Drouot les premiers blocs d’immeubles entre 1930 et 1932. Elle y a logé les mal-logés, population sympathique et travailleuse. La pratique religieuse lui était rendue mal aisée à cause de la distance de sa paroisse Ste Geneviève. Le quartier grouillait d’enfants qui donnaient pas mal de soucis. Peu à peu une idée hantait l’esprit du clergé de Mulhouse : « il faudrait des salésiens pour se dévouer à cette nombreuse jeunesse ». Mgr Ruch se préoccupa de cette question.

 7 juillet 1936 : premier document sur la fondation de la paroisse.

1938 : achat d’un terrain, recueil de fonds, mais la construction prévue ne commence pas à cause de la guerre.

1948/1949 : élévation d’une chapelle provisoire puis inauguration. « Fondation des œuvres paroissiales »

1 septembre 1951 : arrivée des premiers prêtres salésiens.

20 juillet 1952 : Mgr Weber bénit la première pierre. Discours du maire suivi d’une grande fête populaire en présence d’une foule immense.

1953 : le gros-œuvre est terminé, y compris le campanile de 37 mètres, surmonté d’une croix de 5 mètres. L’église a été construite sur les plans de l’architecte colmarien Joseph Muller. Il a à son actif une trentaine d’édifices religieux, dont Ste Odile à Brunstatt (1953) et St Bernard à Illzach-Modenheim (1965).

25 avril 1954 : première fête de la communion solennelle dans la crypte.

Les vitraux en dalles de verre de style abstrait sortent des ateliers d’art de Barillet (Paris), ceux plus figuratifs sont l’œuvre d’un artiste alsacien, M. Heitzmann, de Strasbourg-Neuhof.

1955 : baptême des 4 cloches qui ont fait le tour du quartier. Quarante parrains et marraines participent à un cortège dans les rues de la paroisse en distribuant 500 kg de dragées. Le 19 mai, fête de l’Ascension, a lieu la consécration de l’église, véritable couronnement de cette œuvre de longue haleine projetée depuis près de 20 ans.

1961 Inauguration des orgues Schwenkedel Curt, facteur d’orgues.

2002 Inauguration du parvis dédié au fondateur de la paroisse, le Père Victor KOLMER

Jeudi 14 mai 2015 Fête du bicentenaire de la naissance de St Jen Bosco et des 60 ans de la consécration de l'église, pésidée par Mgr Jean-Pierre GRALLET, archevêque de Strasbourg

Résumé réalisé à partir d’un travail de recherche élaboré par Norbert GAMPER.

Eglise Ste Jeanne d'Arc

L’architecture de l’église Ste Jeanne d’Arc

L'église Ste Jeanne d'Arc est, avec la première église du Sacré- Cœur, l'un des deux édifices religieux mulhousiens construits dans l'entre-deux-guerres. La première pierre fut posée le 5 mars 1933, et l'église fut bénie le 19 mai 1935 par Monseigneur Ruch, évêque de Strasbourg. Son architecture de béton armé, inspirée des réalisations d'Auguste Perret, est due à l'architecte départemental Paul Kirchacker-Demant (1875-1935). La réalisation des travaux fut confiée à l'entreprise Camille Bergmann de Mulhouse. Très innovant pour l'époque, ce type de structure tranche nettement avec celui des lieux de culte précédemment édifiés dans la cité. Après la fin des travaux d'aménagement interrompus par la deuxième guerre mondiale, la consécration de l'église, cette fois achevée, eut lieu le lundi de Pentecôte 7 juin 1954, présidée par Mgr Alexandre Derouineau (1898-1973), évêque des missions étrangères de Paris.

Par ses dimensions imposantes - soixante-cinq mètres de long sur trente de large, pour une capacité de mille places assises, elle est la plus grande église construite en Alsace au cours du XXème siècle.

Fortement influencée par le style Art Déco, l'église Ste Jeanne d'Arc comporte notamment un campanile de quarante quatre mètres, détaché de l'édifice, dont la silhouette élancée et les anges sont caractéristiques de ce style des années 30.

À l'intérieur, le béton armé permet une décoration formelle très libre. Le style néo byzantin y prédomine. Le maître-autel orné d'un baldaquin est l'œuvre du sculpteur strasbourgeois Valentin Jaeg. Le chœur est richement orné de bas-reliefs en stuc dorés réalisés par la Maison Abel Fabre de Paris. Les murs de soutènement de la coupole octogonale sont décorés également de bas-reliefs représentant les symboles des quatre évangélistes, et de reliefs carrés représentant des saints. Sur les tympans des colonnes se trouvent également des motifs inspirés par le style des années 30 et représentant les vertus cardinales.

L'église possède par ailleurs vingt et un vitraux consacrés aux apôtres et à la vie de Jeanne d'Arc, dûs aux frères Ott, maîtres-verriers à Strasbourg.   

L’église a été inscrite à l’inventaire des Monuments historiques le 30 octobre 1990. La plaque matérialisant cette reconnaissance a été scellée le 26 mai 2017 (à gauche du portail d’entrée).

 C’est le Ministère de la Culture qui a créé en 1986 une plaque destinée à signaler au public l’existence des monuments, des parcs et jardins classés ou inscrits Monuments historiques au titre du Code du Patrimoine. Le logotype apposé sur un édifice signale au public qu’il est en présence d’un monument qui se distingue d’autres éléments du patrimoine par son intérêt et qu’il est reconnu par l’Etat d’un point de vue historique ou architectural. Le classement de l’église Ste Jeanne d’Arc a été motivé par son architecture représentative de l’entre-deux-guerres, fortement influencé par le style Art Déco avec son campanile élancé et l’emploi d’un matériau nouveau, le béton armé. Celui-ci, permet une décoration très libre. Le style néo byzantin y prédomine avec sa tour lanterne octogonale et son décor richement orné de stucs polychrome.                        

  Michel Charbonnier                             

 
diaporama






Dernière modification le 22/09/2017

Site motorisé par Zite+